Claude Fèvre

Jules Nectar, le temps du trio

Voilà plus d’un an qu’il tambourine à ma porte, enfin, façon de parler… que, par mails, il m’invite à venir l’écouter. Son album – auto-produit, il va sans dire – m’avait laissé une empreinte agréable, une envie sincère d’écouter, de voir de près l’artiste en scène et de rencontrer l’homme. M’y voici enfin ce dimanche soir, bravant l’heure de route qui me sépare de Toulouse, et la pluie torrentielle. Ce sera une soirée mémorable puisque je découvre aussi ce nouveau lieu branché Chanson, Chez ta Mère, café culture, café concert associatif…

Lire la suite

Qué Nervious ! Quand la chanson fait son cirque

Mais que vient faire la chanson ce soir-là et, qui plus est, pour ouvrir un festival de Cirque ? J’en suis là de mes interrogations quand commence le spectacle auquel la production m’a gentiment invitée. Nous nous sommes déjà croisés au B.I.S à Nantes l’an passé. Nous y avions parlé de Pulcinella, d’Hervé Suhubiette dans leur re-création de Claude Nougaro, d’Imbert Imbert ou d’Éric Lareine. Imaginez la scène, disons la piste : deux ronds de lumière, à cour et à jardin…

Lire la suite

Coups de pousse aux Détours de Chant

Pour un programmateur, c’est vrai, continuer son défrichage, y trouver l’occasion de s’étonner, de s’enthousiasmer, reste un défi permanent. Au fil des écoutes, au fil des concerts, des sollicitations incessantes, des coups de fil, il peut advenir que l’oreille se lasse ou, pire, que le cœur se ferme à de nouveaux univers. La tâche passionnante souvent, toujours risquée est un exercice d’équilibriste entre sa propre attente, ses exigences et ses goûts, celle de l’air du temps…

Lire la suite

Détours de Chant 2013 – Un pont ça se traverse et c’est beau

Venir écouter l’égérie des années d’après-guerre, la femme véritable qui affiche haut les cœurs un âge que l’on sait éprouvant, arriver longtemps à l’avance au théâtre pour être certaine d’être au plus près d’elle, admirer le ballet silencieux et précis des techniciens dans le bleu nocturne des projecteurs, et puis et puis… écouter, recueillie, le duo instrumental piano accordéon qui installe le décor sonore, voir l’auréole de cheveux blancs de l’homme à son clavier, le si modeste Gérard Jouannest, et enfin l’apercevoir qui s‘avance du fond de la scène…

Lire la suite

Marie-Paule Re-Belle, pas question de se taire

Quarante ans qu’elle est venue à Pamiers, en première partie de Serge Lama ! Et le public est là, la réclamant bien avant qu’elle n’entre en scène et l’applaudissant debout pour finir : Tout commence, vous revoilà… Mon cœur bat au bout de mes doigts, déclare-t-elle en ouverture de son concert. On ne résiste pas à ces mots-là et encore moins à ce petit bout de femme, qui gardera pendant 1h30 les yeux rivés sur son public. La voix est claire, identique à celle des jeunes années, toujours juste dans toutes les nuances recherchées…

Lire la suite