Christopher Murray, rencontre avec l’éphémère

La langue est belle, élégante. Il nous sera facile de nous laisser prendre à cette poésie-là, accompagnée bien entendu par les deux guitares annoncées mais aussi par des cordes, violon et violoncelle, et par des percussions. Voilà chansons à rêver, à se laisser aller à un zeste de mélancolie, au suave, au paisible. À la beauté de l’éphémère.

Lire la suite