- ALBUMS -

Davy Kilembé, « Ce que Matisse a peint… »

Avec le soleil, avec le goût des détours, des errances, loin des grands axes, avec l’amitié qui prend le quart, avec l’indépendance et la liberté, Davy Kilembé a fait un choix de vie d’artiste qui lorgne obstinément vers la gaîté. Et il la chante.

- En scène -

Olivier Daguerre, « la chair chaude des mots »

La nuit traversée, c’est un livre, le maillage de trois univers artistiques : récit et dessins sont nés de la rencontre des chansons. Une année de mails et de coups de fils à proposer, corriger, modifier. Et voilà que les chansons et leur chair chaude trouvent écho, ici et maintenant dans le public.

  • Tout
  • En scène
  • Albums
  • Vive la Reprise !
  • Hors Scène
  • Dis, pourquoi tu chantes ?

Davy Kilembé, « Ce que Matisse a peint… »

Avec le soleil, avec le goût des détours, des errances, loin des grands axes, avec l’amitié qui prend le quart, avec l’indépendance et la liberté, Davy Kilembé a fait un choix de vie d’artiste qui lorgne obstinément vers la gaîté. Et il la chante.

Olivier Daguerre, « la chair chaude des mots »

La nuit traversée, c’est un livre, le maillage de trois univers artistiques : récit et dessins sont nés de la rencontre des chansons. Une année de mails et de coups de fils à proposer, corriger, modifier. Et voilà que les chansons et leur chair chaude trouvent écho, ici et maintenant dans le public.

Davy Kilembé, « Ce que Matisse a peint… »

Avec le soleil, avec le goût des détours, des errances, loin des grands axes, avec l’amitié qui prend le quart, avec l’indépendance et la liberté, Davy Kilembé a fait un choix de vie d’artiste qui lorgne obstinément vers la gaîté. Et il la chante.

Pic d’Or 2016 – Dis, Émilie Marsh, pourquoi tu chantes ?

Elle doit à la guitare électrique, découverte fin 2013 seulement, un nouveau rapport à la scène. Tous ceux qui l’ont connue « avant » soulignent ce changement radical. C’est avec la guitare que naît son engagement physique si singulier. Elle fait corps avec elle. La guitare dicte le mouvement qui devient une danse très sensuelle. Un prolongement d’elle-même qui a même modifié sa vie et pas seulement en scène… Émilie s’interroge volontiers sur ce lien. Une défense, une protection ?