Télégram, rock et baroque en diable

Dans ce premier album, dont la pochette cartonnée, couleur bis, évoque des temps enfuis, s’invitent – excusez du peu ! – l’ombre de Serge Gainsbourg mais aussi de Leonard Cohen. Avec ces deux noms tout pourrait être dit.

Lire la suite