Baisers du B’izou de Bruxelles

Il en faut bien de l’énergie, bien du talent, bien de l’obstination pour que vive le son, ici, là-bas, tout le temps… Pour que vive et se propage le son des émotions, le son des voix et des musiques qu’elles véhiculent avec ou sans instruments, pour que l’écho nous habite encore longtemps, longtemps après. Sûr qu’à cette heure les murs du café théâtre « Au B’Izou », à Bruxelles se souviennent des moments vécus le week-end dernier. J’y étais accueillie pour prolonger les liens entre notre association Festiv’Art (…)

Lire la suite