Chez ta Mère

16e Détours de Chant, « les carcans vont sauter » !

L’association qui préside à la destinée de ce festival, ses principaux acteurs, ne font décidément rien comme tout le monde. Quand certains cherchent à tout prix à déplacer des foules, de préférence en été, en essayant d’attirer les grosses pointures des musiques actuelles – au risque de tout perdre- ils continuent obstinément à privilégier l’éclectisme, les rendez-vous parfois très intimistes au plein cœur de l’hiver. Ils misent avant tout sur les qualités d’un public curieux, intelligent et sensible qui prend le risque de se laisser surprendre.

Lire la suite

Chez ta mère, vite un coup de pouce !

Chez ta mère a besoin de chacun de nous, amateurs, acteurs de la Chanson, de la culture qui rassemble, de celle qui nous offre de rester vivants pour boucler son budget, à hauteur de 10 % de l’investissement global – sans aides, sans subventions, il est bon de le préciser !! … Pour tout savoir, c’est pas ici :

https://www.helloasso.com/associations/chez-ta-mere-cafe-associatif-scene-chanson/collectes/chez-ta-mere-un-nouveau-depart

Lire la suite

Camu, un jardin bleu dans l’océan

Mais bien entendu, c’est à la mer, sa lumière, ses sonorités, ses odeurs, à la navigation que les chansons empruntent surtout les plus élégantes correspondances. La chanson Les goélands, « les goélands fous joyeux qui dansaient », continue de nous bouleverser avec cette image de la mère restée sur le quai, « droite comme un i sans son point »… L’accordéon tourbillonne à la fin et achève sa danse folle dans une valse lente.

Lire la suite

Lise Martin sur la corde sensible

Lise Martin nous apparaît aux côtés du guitariste Cyrille Aubert, cheveux courts – c’est tout nouveau ! — dans une petite robe noire qui laisse apparaître une épaule dénudée, note délicatement sensuelle, chaussée de bottes fauves. Des pendants d’oreille s’agitent sur son cou. L’ensemble lui dessine une très jolie silhouette de femme qui pourrait bien nous en conter… Sa voix fredonne d’abord pour entonner Derrière le mur, une chanson un brin mélancolique. Comme une comptine qui ne finirait pas très bien.

Lire la suite
Loading