Dominique Babilotte (© droits réservés)

[Extrait]

Peut-être est-ce bien une forme de revanche, en effet, sur la scène du chapiteau ce soir ? La revanche d’un auteur, d’un compositeur, d’un interprète qui confesse en quittant son public qu’il est pour la première fois invité sur un festival. On sait qu’il n’est pourtant pas un débutant et que la scène est pour lui un lieu plus que familier. La joie de l’interprète et de ses deux excellents musiciens, Philippe Turbin au piano et Xavier Lugué à la contrebasse s’affiche alors ostensiblement et nous la partageons bien volontiers. C’est vrai que l’homme a donné de sa sueur et de son énergie sans compter. Chapeau bas ! On sait que tout concert sous le chapiteau de Barjac, par température caniculaire, est en soi une forme d’exploit… Mais homme de théâtre, il l’est Dominique Babilotte, et chaque texte n’est pas seulement chanté mais le plus souvent joué (parfois on pourrait même souhaiter plus de sobriété).

Intégralité de l’article sur le site de Nos Enchanteurs :