Gaëlle Sara Branthomme (© Éric Legret)

[Extrait]

Un EP de cinq titres qui en a mis du temps pour arriver jusqu’à moi ! Sorti en juillet 2011, le voici tout juste dans ma boîte aux lettres, par les bons soins de l’amitié. Et pourtant la chanteuse – mais pas seulement – Gaëlle Sara Branthomme a tant voyagé dans l’univers musical et son abondante diversité que l’on s’étonne de ne pas être en mesure de la reconnaître dans sa rue !

Le titre à lui seul suffit à titiller, vous prenant par la manche vers des souvenirs littéraires. « Le cabaret de la belle absinthe », comme une invitation à l’ivresse… Ah Baudelaire, oui : « Pour ne pas être les esclaves martyrisés du temps, enivrez-vous, enivrez-vous sans cesse de vin, de poésie, de vertu, à votre guise ». À quoi on eût aimé joindre : de musique et de chansons.

(…) Cinq titres pour nous donner l’envie d’aller voir quelque part en Bretagne, du côté de Redon, ou plus loin, ce cabaret-là, pour se griser de bonnes chansons avec l’assurance de ne pas se tromper d’adresse et d’en sortir comblé.

Intégralité de l’article sur le site de Nos Enchanteurs :

– Quelques liens 

Cie Cornucopia | Gaëlle Sara Branthomme