La Rouquiquinante chante Nougaro… (© Claude Fèvre)

[Extrait]

Musicales de Flamarens, 5 août 2014, dans la cour du château

Le hasard de nos chroniques nous entraîne une fois encore dans le domaine contesté parfois, (souvent ! et de quelles façons…) de la reprise ! Pour Karin, la généreuse, la passionnée, la tendre, c’est son domaine de prédilection. Plus encore, c’est sa vie. À la première rencontre, elle affiche haut les couleurs de sa mission. Elle revendique d’être interprète, partout, tout le temps, toutes chansons belles et fortes posées à même la peau, le cœur. Alors, où que vous l’invitiez, elle s’empare de sa guitare et vous offre illico sa voix de femme qui connaît son monde, ferme et décidée : Piaf, Brassens, Ferrat et les autres… Impossible de résister ! Très vite, vous vous surprenez à chanter avec elle ! Car elle a aussi ce talent inné du partage.

Le concert d’aujourd’hui est un défi ! Jugez-en : elle ouvre cette quatrième édition des Musicales de Flamarens dont elle est l’instigatrice avec David, son infatigable compagnon, partenaire musicien, technicien (si, s’il en existe !) et la connivence des propriétaires, que l’on soupçonne être tombés amoureux tout à la fois de la rousse Karin et de la Chanson. Et ce soir, c’est en présence de la douce Hélène, marraine de l’événement, que Karin offre Si Nougaro m’était conté… Pas droit à l’erreur !

Que croyez-vous qu’il s’est passé ? Hé bien, n’ayons pas peur des mots : nous avons voyagé avec délectation dans les textes et chansons du poète disparu, plus d’une vingtaine, pas nécessairement les plus connues.

Intégralité de l’article sur le site de Nos Enchanteurs :

– Quelques liens 

Les Musicales de Flamarens 2014 | La Rouquiquinante