Rue de la Muette, Ombres chinoises (© droits réservés)

[Extrait]

Rue de la Muette, Ombres chinoises, 2015
Patrick Ochs (chant), Gilles Puyfagès (accordéon), Vincent Mondy (clarinette basse, clarinette Sib, saxophone soprano), Éric Jaccard (percussions, batterie)

Il faut parvenir à s’arracher à l’immersion dans ces nouvelles chansons de Patrick Ochs et de ses trois amis, en extraire le suc, dire ce qui palpite là sous la blouse, ce cœur touché au vif. Pourvu que ces mots posés sur d’autres mots, mêlés aux atmosphères sonores, sachent créer l’envie de partager ce monde, cette évasion vers un ailleurs.

Car Patrick Ochs, sa voix de rocaille ou de galets ballottés, usés par des flots amers, les clarinettes, l’accordéon nostalgique, les délicats frôlements de cymbales ou le cajun, vous alpaguent et vous entraînent dans leur sillage. De la première à la treizième chanson ils ne vous lâcheront pas. […]

Rue de la Muette, c’est quinze ans de tournées, cinq albums, tant et tant de scènes, plus de mille. On espère que ces chansons d’Ombres Chinoises, écrites, composées à quatre pendant quatre mois en Dordogne, iront loin, à la rencontre de milliers de regards et de cœurs, portées par les musiciens, surtout par la voix et le corps de l’homme qui danse : Patrick Ochs.

Intégralité de l’article sur le site de Nos Enchanteurs :

– Quelques liens 

Rue de la Muette (Patrick Ochs)