Au B’izou de Bruxelles (Ⓒ droits réservés)

[Extrait]

Il en faut bien de l’énergie, bien du talent, bien de l’obstination pour que vive le son, ici, là-bas, tout le temps… Pour que vive et se propage le son des émotions, le son des voix et des musiques qu’elles véhiculent avec ou sans instruments, pour que l’écho nous habite encore longtemps, longtemps après. Sûr qu’à cette heure les murs du café théâtre « Au B’Izou », à Bruxelles se souviennent des moments vécus le week-end dernier. J’y étais accueillie pour prolonger les liens entre notre association Festiv’Art, son festival ariégeois, mais aussi ses ateliers. Il va de soi que mon nom n’allait pas créer une émeute devant le 13 rue de la Promenade, à Anderlecht où Isabelle Poitrenaud et Jean Saeremans ont posé leurs valises de rêves : rêves de rencontres autour du texte et de la chanson.

Intégralité de l’article sur le site de Nos Enchanteurs :

– Quelques liens 

Le B’izou