Tom Ship – Domaine Articole - Livre disque 2019 (©Ledomainearticole)

Tom Ship – Domaine Articole – Livre disque 2019 (©Ledomainearticole)

23 juin 2019, A l‘occasion de la sortie du 1er livre disque publié par le Domaine Articole de Cadalen (81), représentation de la comédie musicale des ateliers Musicomédanse

Tom Ship, le marin qui découvrit l’horizon

Un conte maritime et musical

Avec

Frédéric Blanchard (Musiques & textes, piano, guitare, chant) Virginie Mouchel (illustrations, narration), Fleur Blanchard (alto, voix), Polonie Blanchard (violoncelle, voix) Léopaul Blachard (trombone)  et le choeur d’enfants des ateliers Musicomédanse :

Eléa Cruz, Jeanne Gendron, Marius Gendron, Ema Goubault, Louise Inskip, Sarah Lefèbvre, César Sorroche, Léa Thomas.


Domaine Articole – Cadalen (Tarn)

Un soir sans lune, un “vieux loup de mer” sans famille, Pablo Salvador, découvre devant sa maisonnette sur le port un bébé endormi au creux d’un panier d’osier. Il le recueille, veillant sur lui toute son enfance. Et ce “grand-père de fortune” conte sans répit au petit Tom des récits maritimes. Parmi toutes ces histoires, la quête de Christophe Colomb fascine l’enfant. Un jour, les yeux posés sur l’horizon, il se met à rêver de découvrir lui aussi un « Nouveau Monde »… 

Frédéric Blanchard

Tout se passe dans un lieu protégé des rumeurs de la ville, sans en être bien loin pourtant, une quarantaine de kilomètres de Toulouse et une vingtaine d’Albi. Tout se passe dans un domaine  joliment baptisé  « articole »… « La grange et l’étable qui abritaient naguère bottes de foin et paisibles ruminantes, accueillent aujourd’hui de grandes et de petites personnes, qui viennent découvrir ou pratiquer près de l’habitat qu’elles se sont choisi, ou lors de vacances artistiques, la musique, le chant, la danse, la comédie musicale… Au gré des rencontres, d’autres artistes passeurs nous font l’honneur d’enrichir de leur talent, l’éventail des propositions. » Avouons, il y a de quoi rêver…

Ici, depuis 2012, on crée sans compter et surtout pas ses efforts. On accueille des artistes, musiciens, danseurs, chanteurs, à commencer par « Chantons sous les Toits » … Ici on croit dur comme fer aux valeurs du partage. Et croyez-moi, on y met bien du talent et du cœur – entendez par là qu’il en faut du courage !   Le lecteur attentif aura vite compris que c’est toute une famille qui fait battre le cœur des vieux murs. La relève est assurée car  la transmission y est le maître mot. Passer le témoin pour que ne se tarisse jamais cette joie de jouer d’un instrument, de danser, de chanter… Et quoi de mieux qu’une comédie musicale pour en rendre compte.

Assister à cette création de deux adultes, Frédéric Blanchard et Virginie Mouchel,  de huit jeunes, entre 8 et 16 ans, est de l’ordre du privilège. Tout semble avoir été si simple, tant le spectacle se déroule sans le moindre accroc, sans la moindre seconde d’hésitation, que l’on pardonnerait pourtant aussitôt, vu la jeunesse des acteurs. Sur la scène – le beau plancher dans la grange – pas question de se laisser tenter par quelque décor réaliste. Huit  chaises, de vieilles chaises de classe mise au rebut dans les écoles, suffiront… Car la dramaturgie repose uniquement sur le corps et la voix des jeunes acteurs-chanteurs. Vêtus d’un jean et d’un tee-shirt rayé bleu et blanc cher au monde maritime, ils commencent par se mouvoir dans une chorégraphie légère et  ample sur les notes du piano. Ils répètent ce geste symbolique de celui qui pointe le doigt vers le lointain et met la main au-dessus de ses yeux pour voir l’horizon.  Le fil conducteur de ce spectacle, c’est précisément cet espace dont il n’est jamais possible de s’approcher et qu’un petit garçon rêvera pourtant d’atteindre. Chacun, c’est évident, pourra donner un sens à cette quête d’un impossible rêve… Au cours du récit, les chaises seront les accessoires mobiles des évocations, portées, balancées en cadence, alignées ou placées en cercle… C’est ingénieux et surtout effectué avec grâce et efficacité par les interprètes.  On pense alors aux chaises en cercle de la chorégraphie  du Boléro de Ravel par Maurice Béjart, à la puissance hypnotique de son  cercle de danseurs…

Dans cette petite troupe la parole du narrateur, celle des personnages, circule sans que jamais l’un des acteurs ne prenne l’ascendant sur les autres. Aucun risque de cultiver un quelconque vedettariat.  Le pianiste –chanteur- guitariste (et auteur !), Frédéric Blanchard, devient à de rares instants ce vieux loup de mer, ce Pablo Salvador par qui tout arrive… Il a suffi qu’un enfant lui tombe du ciel  au creux d’un panier d’osier pour que s’ouvre la voie du conte où plus rien n’est impossible.

 Nous sommes embarqués dans cette histoire qui nous mène de Palos, petite ville d’Andalousie tournée vers la mer jusqu’au « Grand Large » où s’accomplit l’impossible, le grand bal des étoiles en habit de lumière, pendant la nuit la plus longue de l’année, un vendredi 21 décembre… La leçon de cette histoire appartiendra à chacun, tant il est vrai que nous pouvons à loisir interpréter cette traversée… Mais il reste une parole essentielle : « Pour atteindre l’horizon, il faut avoir gardé ses yeux d’enfants. » A chacun de choisir le but ultime de sa traversée. Elle n’épargne ni la patience – il en faut du temps pour que renaisse « la vieille caravelle dont plus personne ne voulait » –  ni les douleurs – celle de voir partir un petit Tom, devenu grand – ni le chagrin de perdre ceux qui nous ont transmis la force de rêver…

Ce conte a cette force d’évocation que l’on accorde à d’autres dans notre souvenir, à commencer par le si célèbre Petit Prince de St Exupéry… Tom Ship, le jeune héros, a pris au gré du spectacle les traits de  César, de  Marius (non, non, ce ne sont pas des noms de scène !)  de Louise, Sarah et les autres… Ces jeunes comédiens – chanteurs  lui ont donné cet accent de vérité, acquis par leurs heures de répétitions, par la rigueur de la mise en espace et en voix,  par la passion de jouer qui leur est insufflée. Ils sont choristes accomplis, parfois même solistes, toujours avec une justesse qui peut surprendre.  Précisons que la plupart d’entre eux sont aussi instrumentistes, ce qui peut largement justifier la qualité de leur chant.

Alors on comprendra aisément que Frédéric Blanchard, « facteur » émérite de chansons et Virginie Mouchel, danseuse, metteuse en scène, aient voulu fixé cette aventure sur un livre disque. Et c’est un autre bonheur que de feuilleter, pour la beauté des illustrations aux couleurs de l’enfance, de lire et d’écouter… Pour que voyage ce conte ailleurs, plus loin… On souhaite ainsi une belle et longue traversée à Tom Ship, à son histoire exemplaire, à ce conte maritime et musical qui rend hommage au goût de l’exploration, à la force des rêves, à la mer, espace infini, aux histoires, aux musiques, aux chansons…

Pour partager le rêve de tous les acteurs de ce projet, pour acquérir ce livre –disque, voir quelques images, écouter quelques petits bouts de chansons, c’est par ici : https://ledomainearticole.wixsite.com/ledomainearticole/edition-jeunesse

Laissez vous tenter par cette traversée, faites la partager.